Le 03 Février 2018, lors du journal de 20 heures un reportage est diffusé sur les bienfaits de l’abaissement de la vitesse sur les réseaux secondaires à 80 Km/h, ce reportage fut il orienté ou initié par des testeurs non aguerris ?

Nous présenter l’abaissement de la vitesse comme une aubaine pour nous les automobilistes, sécurité et baisse substantielle de consommation, il fallait oser, au nez et à la barbe de tous de comparer un parcours et une distance de freinage avec deux voitures du même constructeur et du même modèle mais pas du même millésime et pas du tout pourvu des mêmes assistances à la conduite.

Pour la crédibilité du test, il aurait fallu utiliser strictement les mêmes autos ayant très sensiblement la même usure. là ce ne fut pas le cas, vu que 3 ans séparaient les deux modèles et certainement l’usure mécanique induite. Pour le test de freinage nous pouvons apprécier au visionnage que le modèle plus récent était équipé de l’aide au freinage d’urgence ce qui n’était très certainement pas le cas pour le modèle de 2014. pour ce qui est du test de consommation, le modèle 2017 présente déjà comme caractéristique de consommer un demi-litre de carburant de moins que sa compagne de test…

Voir le test de France 2 :

Rouler à 80 km/h, quelle différence ?

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires à partir du 1er juillet. Alors que de nombreuses personnes manifestent pour exprimer leur mécontentement, France 2 a fait l’expérience : deux voitures identiques sur le même trajet, l’une à 90 km/h, et l’autre à 80 km/h.

Voici à présent le communiqué de presse de l’association des médias auto&moto :

Communiqué AM-AM 7 février 2018

Le 07 février 2018
Réaction de
l’Association des Médias Auto et Moto – France
suite à la diffusion d’un reportage relatif au projet gouvernemental d’abaisser la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire dans le journal de 20H de France 2, le 3 février 2018
Outre l’écart de temps nécessaire à parcourir 100 kilomètres, ce reportage avait également pour but d’informer le téléspectateur sur les
écarts de consommation et de distance de freinage selon que l’on roule à 90 ou 80 km/h. L’Association des Médias Auto et Moto qui regroupe journalistes, constructeurs et équipementiers, n’entend pas intervenir pour donner un avis sur le bien-fondé de la mesure envisagée par le gouvernement, tel n’est pas son objet. En revanche, l’AM- AM s’interroge sur la pertinence des tests et la sincérité des mesures publiées dans le reportage, ce pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, les deux véhicules participant au test ont été présentés comme « identiques », ce qu’ils ne sont pas. L’un est en effet une Peugeot
308 diesel de 115 chevaux immatriculée en 2014, l’autre une Peugeot 308 diesel « basse consommation » de 120 chevaux immatriculée fin 2017. Outre des puissances moteur différentes, ces deux modèles présentent des consommations homologuées sensiblement différentes. Le modèle le plus récent est en effet plus économe de 0,5 litre aux cent kilomètres selon les données d’homologation. C’est pourtant celui qui servira à
« démontrer » qu’il est plus économique de rouler à 80 qu’à 90 km/h. Par ailleurs, le reportage présente également un test de freinage, l’un réalisé à 80 km/h et l’autre à 90 km/h. Ce test est censé montrer que l’écart de distance pour marquer l’arrêt équivaut à la longueur cumulée de deux véhicules. Nous considérons ce test comme presque parodique au regard de ce que nous connaissons de la rigueur qui prévaut chez les équipementiers en la matière. Une mesure de freinage fiable nécessite en effet d’être réalisée avec du matériel adapté et des professionnels aguerris. En outre, la comparaison nécessite que les deux véhicules testés soient strictement identiques, ce qui n’est pas le cas. Pour l’AM – AM et ses membres, il n’est pas concevable que des tests réalisés dans des conditions aussi empiriques puissent servir à démontrer quoi que ce soit, surtout en matière de sécurité
routière. D’autre part, en tant que professionnels défendant une charte déontologique, nous sommes pour le moins décontenancés par l’image que ce reportage fait rejaillir sur les professionnels de l’information liée à l’automobile. Nous espérons vivement que France 2 accueillera ce communiqué comme une amicale invitation à considérer l’automobile et la sécurité routière comme des domaines suffisamment sérieux pour ne pas souffrir de telles approximations.
L’AM-AM
se tient prête à relayer auprès de ses membres toute demande qui pourra contribuer à améliorer l’information en la matière.

 

 

Commentaires Facebook