Glisse, limite d’adhérence, un sentiment de stresse à la conduite de votre auto sur la neige vous font transpirer, pourtant il existe quelques manières simple pour conduire sur la neige, au point d’y trouver du plaisir car si rare et qui nous fait sortir de la conduite routinière.

Tout d’abord, avant de prendre la route, soyez prudent, vous avez les pneus neiges chaussés (c’est beaucoup plus prudent ! ), nettoyez la neige de vos feux, pare brise, vitre et lunette arrière, ainsi que vos feux arrières, voir et être vu est déjà un élément principal pour éviter un accident, remplissez aussi votre bocal lave-glace car avec les projection de sel de déneigement vous allez en utiliser à profusion.

La neige recouvre la route et les trottoirs, vous en distinguez mal les limites, roulez le long de la voie médiane et suivez les traces des autos qui vous ont devancer, ce serait balot que ces traces mènent au fossé… Observez bien, les abord de précédent déneigement ont pu créer des congères qui définissent les abords. la position des panneaux est utile aussi car en général implantés à 70 cm de la chaussée. Éloignez vous des voitures en stationnement si jamais vous perdez un peu le contrôle de votre auto, surtout dans les phases de démarrage.

Dans tous les cas SOYEZ PRUDENT ! Sachez que votre distance de freinage peut être multipliée par 4 ( bon à savoir ) L’adhérence est diminuée par 10. donc ne collez pas la voiture devant vous, fluidifiez vos gestes avec le volant, soyez doux dans les manœuvres et avec la pédale d’embrayage. Débrayez lentement jusqu’au point de traction et continuez a relâcher doucement pour éviter le patinage, si votre voiture est très coupleuse relâchez l’embrayage sans même accélérer (sur le plat…) et accélérer doucement ensuite. Partir en deuxième n’est pas une bonne idée, vous abîmerez votre embrayage sans réel bénéfice à la conduite.

Freinez avant le virage dans la ligne droite, et ainsi réduire l’allure dans le virage afin d’éviter que la voiture glisse sur le côté emportée par la force centrifuge. soyez toujours doux dans vos manœuvres, des coups de volant auront pour conséquence de propulser l’auto à un endroit que vous n’aurez pas choisis. Vos feux resteront allumés jour et nuit pour indiquer votre présence lors de tombé de neige.

Sous la neige il y a souvent le verglas, alors comme vous ne le savez pas, vous ne pouvez le voir, pensez toujours qu’il y en a , un beau manteau blanc n’est pas synonyme d’une meilleure adhérence.

Au freinage :

Avec ABS :

  • Freinez doucement, en enfonçant la pédale de plus en plus, même équipée de l’ABS, les roues de votre auto ne bloqueront pas mais n’arriveront pas à ralentir correctement votre auto, alors freinage progressif ! la pédale va vibrer mais c’est normal, c’est que l’ABS est actif.

Sans ABS :

  • Exercez de petites pression répétées sur la pédale de frein ( un peu le principe de l’ABS ) jusque l’arrêt total ou le ralentissement souhaité.

La voiture se met à déraper, que faire ?

– Ne pas s’effrayer, hélas ça arrive !

  • Si vous avez une boite manuelle, débrayez tout simplement et lâcher doucement la pédale, appuyez doucement sur le frein. choisissez un endroit libre si vous vous rendez compte que la distance d’arrêt ne suffira pas avant de percuter quelque chose, la ligne médiane peut être votre refuge. ou la bande d’arrêt d’urgence sur l’autoroute.  Attention en ville, les marquages au sol et passages piéton sont des pièges, soyez prudent.
  • En cas de boite de vitesse automatique, freinez doucement , si votre commande de boite le permet, passez au neutre.

Soyez doux lors de vos passages de vitesse, passer vos rapports d’une manière harmonieuse sans gros coup de gaz, une fois la voiture qui se met en dérapage vous serez en danger.

Notre conseil est de s’entrainer dans une zone industrielle déserte ou grand parking afin de vous familiariser avec les différentes conduite à tenir en cas de glisse dérapage et autre et ainsi appréhender les distances d’arrêt. Une fois plus à l’aise avec la conduite sur neige/verglas, vous pourrez à la limite y prendre du plaisir.

Si vous croisez un fou du volant sur neige, soit c’est un échappé du trophée Andros  (courses sur glace ) qui a fini par se perdre, soit c’est un inconscient qui apprécie particulièrement les visites chez son carrossier, car même ceux qui ont l’habitude de conduire sur la neige restent prudent, jamais facile de savoir comme l’auto va réagir avec son inertie et la force centrifuge.

Commentaires Facebook