Le lithium, un composé ferrugineux (carbonate de lithium) dans la nature, qui a besoin d’être traité pour servir à la fabrication de batteries de voiture électrique, n’existe pas en quantité satisfaisante sur terre pour répondre à l’expansion futur du marché de l’automobile électrique.

En 2017, 43 000 tonnes de lithium ont été produit, presque 1.5 kg par seconde, ce minerai est indispensable dans la fabrication des batteries actuelles de smartphone, ordinateur, etc.. Mais aussi de batteries de voitures électriques. Nous pouvons donc considérer que la voiture électrique fonctionne aussi avec de l’énergie fossile et non renouvelable. Dans le stade actuel des recherches et brevet, nous savons que l’avenir est aux batteries à billes de graphène (encore un minerai…).

43 000 tonnes/an

Le développement de l’offre et la demande de VE dans le monde va augmenter encore la demande, les prix du minerai brut ont déjà flambés passant de 350$ la tonne en 2003 à 15000$ la tonne en 2016. Les réserves de ce minerai sont estimés à ce jour à 13 millions de tonnes, de quoi fournir le marché pendant 8 ans vu l’augmentation de la demande.
Les constructeurs de véhicule électrique doivent donc penser autrement, car si la demande augmente (ce qui arrivera forcement), les réserves s’épuiseront et le coût d’achat du minerai augmentera d’une manière exponentielle obligeant aux marques d’indexer la tendance du marché du lithium sur le tarif des véhicule à la vente.

Le recyclage de ces batteries très polluantes est aussi au cœur des débats et des réflexions, la tendance est de leur offrir une deuxième vie en tant qu’accumulateur d’énergie à domicile ( BMW le développe ), une solution qui permet à la batterie une retraite durable, car elle pourra travailler avec des charges plus longues et décharge moins fortes. Ce qui n’empêche pas la filière de retraitement de trouver des idées de recyclage à plus de 60% dans un proche avenir.

L’avenir est la batterie au graphène, à comprendre aux nanotubes de carbone, qui développera plus d’énergie, accumulera mieux et plus vite la charge, et dont la filière de retraitement se vante déjà de pouvoir les recycler elles à plus de 90%. Moins lourde, plus efficaces, tesla s’est déjà lancé dans sa conception.

Commentaires Facebook