Bon vous allez me dire il n’y a pas de quoi pavoiser avec cette anglaise 1300 , mais ce fut ma toute première auto à moi !. La première que j’ai conduite 1 heure après avoir décrocher le sésame qui me faisait devenir un automobiliste.

Ma première Ouahhhture, comme je fut heureux, une auto achetée à une voisine pour quelques poignée de francs, quelques semaines avant de passer le permis. en 1995 elle avait déjà 11 ans la pauvre, mais j’avais un des 29000 et quelques exemplaires construit. Ma petite m’accueillait malgré mon mètre quatre vingt trois, sans problème, mais s’agissait de ne pas emmener toute la bande de copains sinon on avait la sensation d’être des sardine en boite. Sa moquette  et ses ceintures rouges ainsi que son bequet arrière autour de la vitre de hayon lui conférait un air de GTI, c’était très classe.

94 chevaux pour moins de 800 kg, ce n’était vraiment pas mal pour l’époque et la nervosité transférée par les petites roues de 13 pouces c’était carrément sympa. bon une anglaise de onze ans, la rouille l’habitait déjà au niveau des bas de caisses et ailes arrières, peu importe, elle était jolie ma ouaahhture en plus j’avais le toit ouvrant et un autoradio cassette. L’autoradio chargé d’essayer de couvrir le niveau sonore élevé de la motorisation et du train roulant, tant bien que mal il y arrivait.

Pour le tableau de bord on ne faisait rien de plus simple, un bloc  rectangle accueillait les compte tours (ça c’était classe) et le compteur, ainsi que la jauge d’essence et la température moteur. deux commodos, un pour l’éclairage et clignotant et l’autre pour les essuies glace, pour le reste des fonctions 5 interrupteurs à bascule étaient placé en ligne sur le tableau de bord.

Même si notre vie commune n’a duré que 3 semaines après avoir découvert les fameuses suspension Hydragas à remplissage d’azote, que j’avais trop gonflé, rendant la belle inconduisible et qui a finie par décoller sur un dos d’âne juste lorsque qu’un platane traversait la route, c’est ballot hein !

Malgré cette union courte je me souvient de la belle Metro Turbo. j’étais éploré après le choc contre le platane.

Commentaires Facebook