, comme d’autres villes ont choisis d’externaliser le service de contrôle du stationnement auprès de  la société Indigo . La filiale de Vinci ainsi que la de Paris communiquent dans le sens où il n’y a pas de quotas de (Forfait Post Stationnement) autrement dit de .

Relatons les faits qui ont fait connaître Indigo Streeteo à l’ensemble des Français, même non concernés ou peu par leurs contrôles et services, où les agents verbalisateurs collaient des “FPS” aux véhicules de police mal garés, sérigraphiés ou non. Engendrant les foudres des forces de l’ordre qui ont à leur tour contrôlés les agents verbalisateurs et dont deux conduisaient sous l’emprise des stupéfiants.

La question que tout le monde se pose, est la suivante :

Ces agents privés sont ils payés au chiffre ou ont ils un traitement mensuel fixe ?

Quand on épluche les offres d’emplois pour devenir un agent assermenté de contrôle de stationnement on s’interroge sur une ligne de cette même offre (ci-dessous surlignée en bleu).

De quel objectif parle-t-on pour décrocher la prime de 250 euros ? Peut être s’agit-il de contrôler et/ou verbaliser un nombre de véhicules donnés ? Il est évident que le contrat doit stipuler que Streeteo doit verbaliser les propriétaires de véhicules garés abusivement  et reverser une partie de la somme perçue à la mairie de Paris. Mais quelles sont réellement les clauses et quel pourcentage touche la filiale de Vinci par FPS émis ?

En répondant à l’appel d’offre de la Mairie de Paris, Streeteo s’arguait de passer de 80 millions d’euros de revenus d’amende perçus par la Mairie de Paris lorsque la préfecture s’occupait de ce service à 300 millions annuels.

Commentaires Facebook