Après la Formule E et ses monoplaces électrique, voilà une nouvelle série qui se lance, cette fois ce seront des GT électriques Tesla P100D qui s’affronteront sur une série de course, pour des moments très électrique à venir.

We’ve got the green light!
On a reçu le feu vert !

Electric GT Holdings inc. par le biais de son DG Mark Gemmell annonce avoir le feu vert de la FIA, pour pouvoir faire la promotion et créer une série de courses mettant en scène 20 Tesla P100D. Il annonce que la Tesla préparée par sa société satisfait aux exigences et Crash-tests imposés par la FIA.

“C’est une journée tellement excitante pour nous que nous confirmons que la série de voitures de production électrique a été officiellement sanctionnée par la FIA. Nous respectons la FIA et nous sommes honorés d’avoir leur soutien avant notre saison inaugurale.

“Nous sommes également heureux de publier officiellement les règlements sportifs pour la série Electric Production Car. Nous avons consacré beaucoup de temps à peaufiner la réglementation pour permettre des courses compétitives et passionnantes.

“Avec un système de qualification à trois heat et deux courses EPCS, ainsi que nos courses eKarting et eSport, les fans auront beaucoup de courses à faire.” Déclare Mark Gemmel

C’est en France que la Electric GT Holdings posera ses valises pour le développement de son projet, sur le circuit de Pau-Arnos, où la voiture test a déjà effectué son check-down et plusieurs autres essais avec des pilotes comme Stéphane Ortell et Jean-Pierre Jabouille, tous deux excités par les performances de cette GT électrisé.

“J’avais vraiment envie d’essayer, a réagi Stéphane Ortelli après son essai [Ce pilote a notamment remporté les 24 Heures du Mans en 1998 et trois couronnes mondiales en GT]. Dès la première accélération et après les premiers virages et freinages, j’étais comme un fou dans la voiture. A la moitié du circuit je me demandais déjà ce que j’allais pouvoir améliorer à mon deuxième tour en arrivant avec des pneus chauds” …  “Je suis bluffé par le comportement, avec plus de survirage que de sous-virage, donc je me bats pas mal avec la voiture. Je peux la mettre en glisse, je peux entrer tard sur les freins, poursuit le vainqueur des 24 Heures. Elle est très directionnelle, on m’avait expliqué qu’avec le positionnement des batteries, elle avait un très bon équilibre et je confirme! Cela reste une très bonne GT.”( source @BFMTV).

Le modèle préparé pour la compétition avale le 0 à 100 Km/h en 2.1 secondes “Affolant” pour un poids de 1720 Kg quand même. Donc, aucun doute la-dessus, ça pousse fort !
Grâce à la Formule E, nous connaissons déjà l’univers des courses automobile où le bruit du moteur est absent, mais en GT cela a-t-il une influence sur le pilotage, Stephane Ortelli répond à BFMTV sur ce point :

“Le fait qu’il n’y ait pas de bruit, je n’ai pas eu peur de la pousser à 100% dès le début, rappelle Stéphane Ortelli. A chaque fois que tu démarres avec une nouvelle voiture, tu dois aussi habituer ton oreille. On se nourrit des bruits, mais cela peut engendrer une certaine peur quand tu ne connais pas encore le véhicule ce qui pousse à un peu de retenue. Or là, après le premier tour, j’étais à 100% en train d’essayer d’utiliser au maximum la voiture.”

 

 

 

 

Commentaires Facebook